Back to Top

BOLS TIBETAINS

 

Bols Chantants full moon

 

LA FABRICATION DES BOLS CHANTANTS

L’ALCHIMIE DES 7 METAUX

Association des Métaux aux Planètes:
Or : Soleil
Argent : Lune
Mercure : Mercure
Cuivre : Venus
Fer : Mars
Etain : Jupiter
Plomb : Saturne

Le procédé précis de l’alliage utilisé par les forgerons nomades de l’Himalaya pour fabriquer les bols n’a pas encore été expliqué à ce jour.

On sait cependant que les bols anciens étaient composés de sept métaux correspondant aux sept planètes.

Chaque métal produisant un son propre ainsi que ses harmoniques correspondantes.

C’est la combinaison, en quantité plus ou moins importante de ces métaux qui confèrent à chaque bol son timbre et ses effets spécifiques.

Les bols ne varient pas seulement dans les proportions des métaux qui les composent mais aussi dans leur forme. On trouve ainsi une grande variété de formes dans les bols tibétains (épaisseur, courbure, base, lignes gravées…).

Certains experts en ont recensés plus de quarante cinq sortes différentes.

La grande variété de bols s’explique en partie par le fait que les forgerons nomades des Himalayas devaient souvent surmonter de nombreux obstacles dans la fabrication de ceux-ci, spécialement en ce qui concernait la disponibilité des matériaux premiers là où ils établissaient leur fonderie.

Ainsi, malgré des « recettes » secrètes, il existait souvent de nombreuses différences entre deux bols parfois même réalisés par le même forgeron.

En métallurgie on distingue l’alliage de bronze, fait principalement de cuivre et d’étain, et l’alliage de laiton, constitué de cuivre et de zinc.

Un alliage de bronze produit un ton plus grave plus résonnant, et pour cela on l’utilise dans la fabrication des gongs et des bols.

L’alliage de laiton produit un son plus aigu et pointu et donc est utilisé pour les clochettes et les petites cymbales.

Dans la méthode traditionnelle de fonderie et de façonnage du bronze, on coulait l’alliage en fusion dans un moule circulaire.

Le plateau de métal ainsi obtenu était ensuite martelé à chaud jusqu’à l’obtention des bords relevés qui allaient former le corps même du bol.

Tout cela s’accomplissait lors de moments astrologiques de bon augure et était accompagné de récitation de mantras sacrés destinés à charger le bol d’énergie spirituel.